Nathalie BAYE : « Jouer c’est un anesthésiant » | Le meilleur magazine de cinéma du monde